Pourquoi je ne pourrais pas être végétarienne. (mais flexitarienne … pourquoi pas !)


Une Inspilia

Pas mal de post ont circulé sur le sujet.
Les pro.
Les anti.

végétarienne

Les uns, qui sont agressés au quotidien, parce qu’ils sortent de la norme alimentaire.
Et qu’au resto, en famille, c’est la galère.
Parceque se faire regarder de travers, ce n’est jamais agréable.

Les autres, qui se sentent agressés par ce flots de bonnes intentions, perçu comme moralisateur. Les arguments des végéta*iens viennent du cœur, et certains omnivores ne supportent pas de se sentir rabaissés à l’échelon de barbare.

Et d’autre encore, qui critiquent ceux qui font des efforts (en limitant la quantité de viande dans leur alimentation quotidienne. Les flexitarien, donc), parceque ce n’est pas suffisant.

Je n’ai pas tellement envie de rentrer dans le débat, d’autant que mon point de vue est somme toute, très simple :
que chacun fasse ce qu’il entend de son estomac.
Si tu as envie de manger végé cru, sans gluten, ou seulement des aliments de couleur rouge … go.
Si tu veux te nourrir seulement de viande et d’œuf à la coque, go.

[PS : j’ai écrit cet article il y a presque un an.
Il était là, dans mes brouillons.
Mais récemment, il y a un mois, j’ai pris une décision.
Puis une autre.
Cet article en parait du coup presque obsolète, dans le sens où je ne pense plus vraiment ce que j’ai écrit il y a un an. Disons que ma réflexion a suivi son p’tit bonhomme de chemin …
Mais il me semblait important de le publier quand même, ne serait-ce que pour se rendre compte de mon évolution. Je t’en reparle, bientôt.
Mise a jour : l’article où je parle de mon flexitaLisme
]

C’est juste qu’il faut arrêter de s’offusquer lorsqu’on se voit assener quelques vérités :

– oui, manger trop de viande (une fois par jour, c’est trop) toxifie l’organisme et génère des maladies.
– oui, c’est irrespectueux envers les animaux qui sont maltraités dans les élevages en batterie. Je ne vous fais pas de dessins, mais ils sont entassés, mutilés, humiliés juste pour le plaisir de notre palais.
– oui, c’est néfaste pour l’écologie et l’avenir de la planète.
Nourrir le bétail avec des céréales qui pourraient nourrir des millions d’humains …
et la consommation d’eau pour l’élevage, alors que des femmes, des hommes et des enfants meurent de soif …

Manger de la viande, c’est considérer que les animaux nous sont inférieurs.
Des objets juste utiles au plaisir gustatif des humains.
– Car oui, il est tout a fait possible de se nourrir et d’être en bonne (voire meilleure) santé, sans consommer de viande. Manger carné n’est pas vital. Et c’est en cela que devenir végé est un choix.
– oui aussi, manger végéta*ien sans un minimum de connaissance en nutrition, cela peut engendrer des carences ( vitamine B12, fer, protéine).
Je connaissais une végétarienne qui ne mangeait certes pas de viande, mais pas de légume non plus. Seulement du pain, des féculents, quelques légumineux, du soja et des steak de céréales. Végé, oui, mais pas équilibré …

Bon, je ne voulais pas entrer dans le débat, mais m’y voilà embarquée, alors je vais arrêter là et enclencher sur mes choix, mes envies, mes indécisions, mes tergiversations …

1) J’aurai voulu être végétarienne.
Pour les raisons évoquées plus haut.
Peut-être qu’un jour, j’y viendrais, mais pour le moment, je me suis contenté de réduire ma consommation.
Je ne mange du carné ( jambon, lardon, porc, volaille, bœuf …) que lorsque je vais chez des gens, lorsque je reçois, quand je vais au resto, et parfois le week-end, avec un plat traditionnel ( bœuf bourguignon, lasagne maison, commander une pizza …).
En moyenne, ça revient à 2 ou 3 repas par semaine.
Et du poisson, également 1 à 2 fois par semaine : un morceau frais de chez le poissonnier, et/ou une boite (thon ou maquereau).
Dis ainsi, ça paraît peu (ou trop, selon les points de vue) mais au final,
ça veut dire que 5 jour sur 7, je mange végétarien.
Légumes, fruits, féculent, légumineuses, tofu, végisteack …

Mais rien que ça, le peu que j’en parle autour de moi, les gens paraissent catastrophés.
 » Han, mais il faut manger de la viande au moins une fois par jour ! Sinon tu vas être faiiiible !! »

No. Comment.

2/ Qu’est ce qui me retient ?

« La peur, peut-être ? »
(Et pourtant, j’ai jamais vu « Les bronzés font du ski »)
Joke.

Remarque, si, c’est un peu ça.

La peur des remarques de l’entourage.
Pas envie d’être agacée lorsqu’on me tendra une part de pizza au jambon.
Rho, mais du jambon, c’est pas vraiment de la viande ! (gné ?)

Pas envie de me couper de la convivialité d’un repas, en refusant une viande en sauce, en obligeant la maitresse de maison à me cuisiner autre chose, ou en triant dans l’assiette.

Me priver du goût des plats carnés, oui, je pourrais.

Mais me marginaliser, assumer mes convictions, je ne m’y résout pas encore.
Donc.

3 / Mon but est de devenir « flexitarienne ».
Flexitarien, je pense que c’est un terme pour expliquer la phase transitoire, celle où tu n’achète pas de viande.
Chez toi, tu n’en mange pas.
Mais lorsque tu vas chez les gens, tu n’imposes pas ton choix d’alimentation minoritaire et tu mange comme les autres.
Pour moi, c’est ça, être flexitarien.

J’aurais ma conscience pour moi et ce n’est pas mes sous, mon action, qui aura amené un animal à l’abattoir.

Peut-être qu’un jour j’aurai le courage (car il en faut) de refuser ce que les gens me préparent gentiment à manger.
Pour le moment, ça, c’est juste au dessus de mes forces.
Mon rapport à la nourriture, au fait que quelqu’un ce soit donné la peine de cuisiner, et que quoi ? Moi, je refuse son plat ?
Ou que je le contraigne à cuisiner différemment juste pour moi
Je ne suis pas encore prête à assumer ça, socialement parlant.

Alors j’en vois qui font les gros yeux.
Y’en a qui diront que c’est un truc d’indécis.
Une preuve de lâcheté.
Le cul entre deux chaises quoi.
Que dans la vie, il faut savoir trancher.
Soit on est végé, soit pas.

Et bien moi, j’ai envie de leur répondre d’aller se faire cuire un œuf (ou une tranche de tofu).

Parce que déjà, si tout le monde était flexitarien, ce serait une énorme avancée ( pour les animaux, la santé, la planète).

Et qu’à force de critiquer, de laisser entendre que la démarche est dérisoire, emprunte de lâcheté et de demi-mesure … que finalement, ça ne sert à rien ?
Est-ce que cela ne va pas décourager ceux qui s’engagent dans une démarche de réduction de la viande de leur alimentation ?

4/ Par contre, végétalienne, je ne pourrais pas.

Le lait pur, je ne le digère plus.
Les yaourts, je ne consomme que ceux aux soja.

Mais …
Ça voudrait dire me priver de fromage. Peut pas.
J’ai réduit, passant de fromage tous les soirs (ou tous les matins), à 2 ou 3 fois par semaine.
Ne plus me faire une petite omelette ? Dur dur.
Me passer de miel ?? Outch …

Certain diront qu’être flexitarien est une phase transitoire vers le végeta*risme.
Peut-être.

Que ce n’est qu’un  mot pour désigner ceux qui n’ont pas le courage de leur conviction.
Peut-être également.

Mais allez, vous conviendrez que c’est mieux que rien …

Deux liens sur les méfaits du lait :
Le lait, un danger pour la santé
Le mythe du lait.

Le guide du végétarisme

Petit lexique des profils de végétariens

« Flexitarien : C’est le végétarien « flexible », qui mange végé chez lui mais invité de temps en temps chez des amis ou au restaurant, ne refusera pas un plat à base de viande.

Semi-végétarien : Ceux qui mangent du poisson et de la volaille (viande blanche).

Pesco-végétarien : Ceux qui ne mangent aucune viande mais consomment poisson et fruits de mer.

Ovo-végétarien : Ceux qui ne mange ni viande ni poisson, ni produits laitiers, mais mangent des œufs.

Ovo-lacto-végétarien : C’est le végétarien type. Ne mange ni viande ni poisson, mais consomme lait, œufs, fromage, miel, beurre…

Lacto-végétarien : Ceux qui ont banni viande, poisson, œufs de leur alimentation, mais consomment du lait et tous ses dérivés.

Végétalien : Tout comme les Vegan, ce sont ceux qui ne consomment rien qui soit d’origine animale, tant que cela reste dans l’assiette. En revanche, eux s’autorisent un foulard en soie ou un sac en cuir.

Vegan : C’est un mode de vie fondé sur le refus de l’exploitation et de la cruauté envers les animaux. Au-delà de l’adoption d’un régime alimentaire végétalien, le véganisme exclut la consommation de tout produit issu des animaux, de leur exploitation ou testé sur eux (cuir, fourrure, laine, soie, cire d’abeille, cosmétiques, loisirs, etc.).
Par rapport au végétarisme et au végétalisme, qui désignent simplement des régimes alimentaires, le véganisme vise plus largement un mode de vie rattaché à des choix moraux et politiques, comme ceux du mouvement des droits des animaux. »

Anya

rond hcrond fbrond inspilia

J'aime article HC2

Publicités

63 réponses à “Pourquoi je ne pourrais pas être végétarienne. (mais flexitarienne … pourquoi pas !)

  1. Il est vrai que manger trop de viande ou de lait n’est pas bon pour la santé. « C’est la dose qui fait le poison », disait Paracelse. En tout cas je plussoie ton article. 🙂

    Cela dit: normalement, une vache mange du fourrage et non pas que des céréales. Il y a des dérives, c’est sûr, mais cela ne concerne que les élevages intensifs (ils ont même essayé les farines animales, ça a donné la maladie de la vache folle).

    Perso, je suis persuadé que le végétarisme (et à plus forte raison le végétalisme) sont à force néfastes pour les animaux et pour nous si chacun le devient.

    • J’ai meme lu et écouté des docteurs qui expliquait que les produits dérivés d’animaux n’étaient pas indispensable à une bonne santé physique des humains.
      Qu’au contraire, un régime végéta*ien était plus bénéfique qu’un régime omni, a condition de manger équilibré (bon ratio fruit/légume/légumineuse/cereales/oléagineux.)
      Mais je comprend que cela fasse débats, car le corps s’adapte aisement a l’absorbtion d’une quantité raisonnable de viande ou autre produits animaux. En gros, en manger de temps en temps n’est pas nocif pour la santé.

      Par contre, désolée, mais je ne vois pas en quoi le végétarisme pourrait etre néfaste pour les animaux ?

      • Je viens de me rendre compte que j’ai oublié le plus important (ça m’apprendra à être pressé) ^^’

        Mais en gros, sur le long terme et si tout le monde devenait végéta*ien, certaines races animales seraient condamnées à disparaitre. Je compte en préparer un article, ça sera plus parlant et explicatif. 🙂

      • le vrai probleme je pense, c’est l’élevage intensif. Car là, les animaux sont destiné dès la naissance a etre tué et maltraité toute leur vie, considéré comme des objets.
        En elevage clean (10 vaches, un paturage, des conditions de vie naturelle … ) aussi, ils sont destinés a mourir, evidemment, mais il y a davantage de respect au cours de leurs vie.

        Le soucis, c’est que ces petites exploitations sont destinées a disparaitre, avec l’essor des fermes-usines (celle des « 1000 vaches » n’étant qu’un des multiples projets d’ouverture).

        Donc peut etre effectivement que des races animales disparaitraient. mais préserver une bio diversité si c’est pour « vivre » dans des conditions déplorables, je ne vois pas trop l’intérêt pour l’animal.

        Toutefois, je serais ravie de lire ton article ^^

    • « si tout le monde devenait végéta*ien, certaines races animales seraient condamnées à disparaitre.  »
      …bravo, tu sauves des millions d’animaux grâce à cette pensée pleine de bonté ! j’imagine que ça doit être dur, pour toi, de manger des vaches pour les sauver??

      • Il est toujours bien de répondre dans le respect de l’autre, même s’il ne pense pas comme nous. De la même manière, je pourrais tout aussi bien répondre:

        « J’imagine que ça doit être dur, pour toi, de tuer toute une race pour en sauver quelques individus. » Paradoxal, n’est-ce-pas? Et sacrément hypocrite de ta part de penser ça.

    • Autant je comprend mes amis omni lorsqu’ils me disent manger des animaux car ils adorent le goût de la viande, autant manger de la vache pour sauver les vaches, je trouve ça absurde!! j’espère que ce n’est que « manière de dire », et qu’en poussant la réflexion, tu te rendras compte du sens de tes paroles

      • Qu’est-ce qui est problématique? Manger une vache, manger une vache qui a vécu dans des conditions misérables et qui a été tuée tout aussi misérablement, ou condamner toute une espèce en se disant qu’on les « sauve »?

    • Merci pour ta réponse.
      Le truc, c’est que dans les faits actuels, j’épargne des vies. L’espèce bovine (prenons cet exemple) existe encore.
      Dans les faits actuels, tu tues des vies. Et tu as peur/tu imagines que l’espèce n’existera plus si tout le monde (dans un futur très lointain ^^) arrêterait de manger des vaches.
      Peut-être devrais-tu rester dans la réalité, dans le présent : ainsi, tu pourras faire des choix concrets, non pas basés sur des hypothèses.

      Si je m’embarque dans ton hypothèse, je me dis qu’on a le temps de voir venir les choses, et que l’espèce bovine ne disparaîtra pas (allez, rêvons : il existera des parcs naturels où des vaches pourront paître tranquillement, sans craindre pour leur vie ou celles de leurs petits)

      • Sauf qu’il y a des races que l’on n’élève que pour la viande, et je doute que l’on paye juste pour voir les « derniers survivants » de ces races. ^^

        Même chose que pour Natacha: le problème, c’est quoi? Tuer une vie, maltraiter une vie de sa naissance jusqu’à sa mort? La mort, ça fait aussi partie de la vie. Et puis, c’est peut-être du « déjà vu », mais les plantes sont également des êtres vivants, avec leurs propres systèles de douleur et de communication. Si ce n’est qu’une affaire de système nerveux et de cris, pourquoi refuser de manger des huitres par exemple? J’ai mis un lien qui mène vers un documentaire dans mon lien, si cela t’intéresse. 🙂

    • Techniquement, tu ne sais pas si l’espèce sera condamnée (comme dit « une ancienne omni », on a le temps de voir venir les choses) !
      Tes propos me choquent vraiment.
      Comme je l’ai déjà dit, j’ai plein d’amis omnivores, mon mari l’est… Et les arguments que tous m’avancent sont le goût de la viande, la commodité (surtout en société) et l’habitude de manger de la viande.
      En gros (j’ai peur d’avoir mal compris) tu es fier de toi car tu crois que tu sauves une espèce animale??
      Et oui, techniquement, je préfère voir une espèce condamnée, plutôt que d’entretenir la cruauté des conditions d’élevage.
      A leur place, honnêtement, je n’aurais aucune envie de vivre. Vivre pour quoi? Pour qu’on me prenne mon enfant, qu’on le tue, qu’on me prenne le lait que j’aurais fabriquer avec amour pour lui toute ma vie? Et qu’une fois que je n’en produirais plus, qu’on me tue?
      (je te cite cet exemple, mais si vraiment la cause animale t’intéresse, je suis sûre que tu sauras où trouver des vidéos sur les conditions d’élevage des animaux que tu manges)
      Juste pour précision : j’ai été omnivore pendant 27 ans (au cas où tu m’imagine végan depuis toujours ou autre…).

    • Je crois ne rien avoir à rajouter O_o J’hallucine de lire de tels propos.
      Je ne suis pas tant choquée par la consommation de viande, j’en ai mangé pendant les 40 premières années de ma vie. Mes amis en mangent. Ma famille en mange.
      C’est plus le fait que (j’ai l’impression) tu crois te sentir « héroïque » en mangeant des animaux…

      Tu doutes qu’on crée des endroits pour les derniers survivants d’une espèce (autrefois élevée pour sa chair)… mais en fait, tu ne le sais pas, je ne le sais pas…je me répète, tu bases ta consommation de viande sur des hypothèses.

      Tu es en train de me sortir un gros cliché (les plantes sont aussi des êtres vivants etc), si cela t’intéresse, cherche « le cri de la carotte » sur google, c’est une blague vegan 😀

      En gros, dernière question : si tu SAVAIS que l’espèce bovine survivrait si on cessait de la consommer, arrêterais-tu d’en consommer?

      • Soyons clairs: je n’ai JAMAIS écrit que j’étais « fier de moi car je sauve une espèce animale », j’ai écrit qu’il était hypocrite de vouloir qu’une espèce s’éteigne pour en « sauver » quelques individus, puisque ça serait les condamner quand même. Il y a quand même une énorme différence. Donc n’interprétez pas mes propos, svp, vous n’êtes pas dans ma tête… De même, faites attention à ne pas faire d’anthropomorphisme svp.

        Et justement, je me renseigne toujours sur les conditions d’élevage des animaux que je mange. La permaculture, les champs, vous connaissez? Y a pas que les élevages et les abattoirs « à la chaîne » qui existent, ce n’est pas parce-qu’UNE vidéo montre des abrutis en train de maltraiter une vache que tous les élevages et abattoirs sont pareils (quid de la date, du lieu, etc? Celles que j’ai déjà pu voir n’en tenaient pas cas)…

        Par ailleurs, vous pensez vraiment qu’un éleveur irait perdre de l’argent pour une vache qui ne lui rapporterait rien?

        Je me répète encore, mais cliquez sur mon lien. Vous y verrez des vidéos très intéressantes sur la douleur et la communication des arbres.

      • Pour ta question: avec des si, on mettrait Paris en bouteille. Je t’ai d’ailleurs déjà répondu: pour moi le problème n’est pas de manger de la viande, mais de manger de la viande d’un animal qui a été maltraité toute sa vie et qui a souffert lors de sa mort.

  2. Je suis donc flexitarienne en fait^^, bon que 4 jours par semaines par contre. J’ai du mal à me passer du jambon purée ou jambon coquillettes (mais si apparemment ce n’est pas de la viande..;). Mais sinon, j’en achète jamais, en fait, c’est parce que ça me dégoute vraiment d’aller dans le rayon viande, voir le muscle comme ça, le sang, je trouve ça atroce, et cuisiner ça, jamais! Par contre, j’aime bien le gout (sans plus non plus), et quand je vais chez mes parents ou autre, j’apprécie de manger de la viande (pareil sans plus non plus), mais je ne veux pas avoir à assumer d’être végétarienne, parce que dans mon cas, c’est un peu trop facile, c’est parce que c’est la viande qui me dégoute, pas par des convictions envers l’animal (même si évidemment j’adhère). Mais en fait je ne me sens pas assez légitime, encore, pour être végétarienne.

    • j’en reparlerais dans un autre article, mais ce qui m’a fait changer d’avis par rapport a celui ci, c’est le coté santé.
      Me rendre compte que l’exces de produits dérivés des animaux n’est en rien bénéfique pour la santé. Et ensuite, effectivement, la souffrance animale.
      Ce que je veux dire, c’est : peut importe la raison pour laquelle tu ne consomme (quasi) plus de viande; l’important c’est le résultat et les consequences positive que cela apporte (santé, écologie, moins de cruauté).

      Le fait que pour toi, cela te serait facile, je trouve que c’est une chance, et que cela ne doit pas etre un frein a ta potentialité de végétarisme (ou flexi).

      Parceque moi j’aime toujours le gout de la viande, ou pire, du fromage,
      et c’est un petit combat au quotidien. Et je ne me sens pas encore la force de m’en priver a l’extérieur.
      Peut etre que ca n’arrivera jamais d’ailleurs, peut etre que je resterai a vie une flexi, mais apres tout, ce sera mieux que rien !

  3. Coucou, sympa ton article et pas si obsolète que ça.
    Au boulot aussi j’entends les mêmes réflexions : tu fais régime ou quoi ? t’as pas de viande…
    Nous ne sommes pas végétariens mais comme toi flexitariens.
    Je n’achète presque plus de porc seuls les lardons sont les plus difficiles à enlever. Rarement de la volaille et du boeuf aussi (1x/mois). Comme je prends tout chez le boucher et que ce n’est pas donné, ça limite vachement.
    Je privilégie les œufs mais pas tous les jours non plus.
    Aux repas de famille, nous ne mangeons plus jamais de foie gras et comme nous ne sommes plus les seuls à ne plu y toucher c’est facile.
    Parce que le foie gras y’a pas pire en maltraitance animale, non ?
    Les produits laitiers ne sont plu du tout nos amis pour la vie. Mes enfants demandent du lait de soja. Par contre, je n’arrive pas trop à éliminer le fromage, notamment le gruyère râpe.
    Ah les habitudes alimentaires nous collent …

    • En fait, obselete, dans le sens où depuis que j’ai écrit cet article, les choses ont changé pour moi. J’ai évolué et j’ai pris des décisions (en gros, je suis quasi végétalienne, à la maison. Je ne consomme des produits animaux que lorsque je suis invité en extérieur).

      Mais en me relisant, ce n’est pas forcément clair, ce mot obselete, je vais modifier ^^

      Je pense que l’important, comme tu le fait, et déjà, félicitation pour ça, c’est d’avoir conscience de ce qu’on a dans l’assiette, et a notre petit niveau, d’agir en consommant moins de ces produits.
      Apres, certains parviennent a supprimer plus que d’autres, mais vraiment, pour moi l’important, c’est l’effort fourni.

  4. J’essai de manger un minimum de viandes, poissons et produits laitiers. C’est difficile de tout changer du jour au lendemain, encore plus quand tu vis chez tes parents et que ce n’est pas toi qui fait les courses. Mais bon, avec le temps, c’est quelque chose de réalisable malgré que ce soit difficile. J’admire beaucoup les personnes qui le font au quotidien !

    • Du jour au lendemain, c’est difficile, et je pense meme que c’est risqué.
      Car :
      1/ nutritionnellement, il faut se renseigner, trouver des produits de remplacement, pour eviter les carences (savoir que dans tel aliment végétal, on trouve le fer, le calcium, les proteines)
      1/ un arret trop brusque des aliments animaux qu’on apprécie gustativement … ca peut entrainer des frustrations … qui nous font craquer et renoncer a la démarche du végéta*isme/flexitarisme.

      Mais déjà, comme tu le fait, essayer de limiter, c’est déjà génial ! d’autant plus lorsqu’on est tributaires de tiers pour sa liste de course, en effet

  5. Je me retrouve bien dans cet article aussi… Je n’achète plus de viande, plus de lait, plus de poisson, plus de beurre, pas encore plus d’oeuf, mais je n’ai pas encore la motivation (ni l’envie en fait) d’assumer cette réalité aux yeux de la société… On est dans une société pas végétarienne, donc c’est chiant d’être hors de la norme et j’ai pas envie de prendre toujours le seul plat végétarien de la carte quand il y en a un ou de ne rien manger quand il n’y a que des trucs à la viande… Donc je suis flexitarienne, et ça me convient… pour le moment.
    C’est pas une question de lâcheté pour moi, dans la société dans laquelle on est, être végéta*ien, c’est pas un choix facile facile non plus…

    • Ca dépend vraiment des gens, car personnellement, l’oeuf (et le lait) c’est ce que j’ai réussi a éliminer le plus facilement. Nan, là où j’ai vraiment du mal, c’est le fromage…

      C’est vrai que tout est fait (resto, vie sociale) pour les omni et que les végé ont vite fait d’etre stigmatisés

      • L’oeuf je le garde surtout pour la fameuse vitamine B12 pour le moment, mais ils vont bientôt disparaître… Le fromage oui, j’aime beaucoup aussi, mais j’ai perdu l’habitude d’en manger je sais pas trop comment, donc je m’en passe plus ou moins bien en fait… Mais je crois que me passer de fromage à vie, ça me manquerait quand même…

    • Depuis que j’ai écrit cet article (l’an dernier, comme je le précise au début), les choses ont changé pour moi. J’ai évolué et j’ai pris des décisions (en gros, je suis quasi végétalienne, à la maison. Je ne consomme des produits animaux que lorsque je suis invité en extérieur).

      Donc, vraiment, un grand merci pour ce lien car effectivement, ce que j’ai le plus de mal a évincer de mon quotidien, c’est bien le fromage !

  6. NOOOON. NOOOOON. NOOOOOOOOOON.
    *facepalm*
     » Des carences en protéines » (y’a des protéines même dans le PAIN. donc oui, bien sur pourquoi pas.)
    « Je peux pas pas manger de viande parce que y’en a dans les restaurants et chez les gens j’ai aucune volonté comment je fais ouin-ouin  »
    JE PEUX MËME PAS DIRE « CONNASSE VA » PARCE QUE CEST SEXISTE. GGNNH DAAAAH.
    Je suis quelqu’un de gentil d’habitude mais s’il te plait, rends-toi compte de ta bétise. T’es végétarienne quand tu dors en fait? Faut arrêter avec ça, faut arrêter d’essayer de faire genre que tu comprend et que tu empathie si t’en as rien à foutre. Manger un peu moins de viande ça sera certe meilleur pour toi mais ta pierre apportée à l’édifice de la compassion et du bon sens est un grain de sable. Ou alors tu veux juste être hype et « le cul entre deux chaises » c’est pas mal parce que les carnistes sont vilains à faire du mal et les vegans sont teeeellement vilains (et chiant) à dire qu’il faut arrêter de faire du mal. 😥 😥 😥

    • Bonjour.
      Alors dis moi, toi qui a l’air de tout savoir.
      Je fais quoi ?
      Si je ne me sens pas encore capable d’être végétarienne a temps complet, a t’entendre, je ferais mieux de ne rien faire et de continuer à être une omni carniste pure et dure.
      Le discours de personnes comme toi, qui estiment que la démarche flexitarienne ne sert a rien, que l’effort fourni n’est pas estimable, voire méprisable, ce discours là peut être très décourageant.
      La flexi va se dire : « oh, ca ne sert a rien ? N’etre végé qu’a 90%, ce n’est qu’un grain de sable ? Des rageux (et tu notera que rageux, ca reste moins agressif que connasse ou « betise ».) me bassinent sur le fait que ma démarche est vaine … alors ma foi, pourquoi me priver ? Allez, je retourne à mes steack ».

      Je shématise, mais franchement, il y a un an, lorsque j’ai rédigé cet article, si je l’avais publié et que j’avais reçu plusieurs commentaires comme le tien, possible que je me sois découragée et que je n’en serai pas là aujourd’hui.
      Ha oui, parceque tu n’as pas dû tout lire hein. Ou seulement ce qui t’arrangeait pour pouvoir te défouler un peu.
      « Il y a 1 mois, j’ai pris une décision. Puis une autre.
      Cet article en parait du coup presque obsolète, dans le sens où je ne pense plus vraiment ce que j’ai écrit il y a un an. Disons que ma réflexion a suivi son p’tit bonhomme de chemin »

      je n’ai pas envie d’en dire davantage, j’aurai l’impression de me justifier et je n’ai pas a le faire. Mais critiquer sans savoir, ne pas respecter les efforts et le rythme de chacun, je trouve ça un peu facile.

      Je te souhaite une bonne soirée malgrè tout.

    • Mais comment peux-tu reprocher à quelqu’un de limiter sa consommation de viande ? Cela reste un acte tout a fait honorable et démontre une volonté de bien faire. Pour qui te prends-tu pour juger l’alimentation d’un autre ? Faut-il être parfait pour en parler ? Et c’est quoi « parfait » au juste ? On sait tous qu’être 100% vegan est un très long chemin très difficile à suivre… J’espère que tu as conscience de l’image que tu donnes d’une vg avec ce genre de propos…

      • Thiefaine Hugueny est l’exemple même du vegan extrémiste que j’ai toujours dénoncé. Le genre manichéiste qui veut « faire le bien » mais qui le fait tellement mal qu’il en obtient tout le contraire sans même s’en rendre compte. 🙂

  7. Une carence n’est pas une absence mais un manque. En l’occurrence, il n’y a que 10g (environ) de protéines dans 100g de pain contre 25g dans 100g de viande. De même, les besoins sont complètement différents selon les personnes.

  8. Coucou 🙂

    Je pense que le mieux c’est de manger comme on en a envie, et d’être bien dans sa tête.
    Mais je pense vraiment que quand on veux devenir végétarienne/végétalienne par conviction, on le devient. J’adorais le poisson et le poulet avant de le devenir, et pourtant ça ne me manque pas du tout. Si vraiment c’est une conviction profonde de ne plus boire de lait ou manger de fromage on y arrive, il suffit d’avoir le déclic et tu l’auras peut-être un jour.
    En attendant, le principal est que tu sois bien dans ta tête 🙂

    Belle soirée,

    • Tout a fait. Il y a plus d’un an, j’y pensais, sans plus.
      L’idée a fait son chemin, et meme si je ne pense pas etre vgl a 100% un jour, ce qui compte c’est que je sente que mes convictions soient au maximum en cohérence avec mes actes.
      Apres, chacun son rythme ^^

  9. ton article me parle car j’en suis là, je suis flexitarienne. Je voudrais manger plus végé mais j’ai du mal à me priver d’un morceaux de viande. Alors je préféré manger un bon morceau de viande par semaine et me limiter le reste. De diminuer ma consommation et de manger plus de légumes et de fruits. Par contre je n’ai aucun problèmes avec les poissons et autres crustacés, ni avec les produits laitiers (j’adore le fromage).

    J’aime beaucoup cet article j’ai appris des choses ^^ Merci ♥

    • Une fois par semaine, franchement, si déjà tout le monde agissait comme toi, cela sera un grand pas pour le bien etre des animaux, pour l’écologie et la santé publique !

  10. J’ai rencontré ces temps-ci deux végé qui le sont pour des raisons différentes, et qui, à ma grande surprise, étaient gênées que cela s’entende, ou que ça embête les autres (au restaurant pour la première, à un apéro chez moi pour la deuxième). Je ne comprenais pas pourquoi elles ne savaient pas bien où se mettre, mais en lisant un certain commentaire au-dessus, je comprends mieux: les extrémistes parlant souvent plus fort, elles devaient craindre de se voir assimiler à ces personnes sectaires pour qui toute pensée ou acte différent des leurs est forcément « mal » (aah, cette vision manichéenne, j’ai l’impression d’être revenue sur les bancs du catéchisme… ahah). Sans rire, ces gens sont comme des religieux intôlérants qui sont incapables de se rendre compte qu’il y a autant de « foi » (au sens large: en un ou plusieurs dieu, en tel ou tel régime alimentaire, …) que de personnes sur terre, et que la meilleure façon d’inciter les autres à faire ce que soi, on pense être « bien », c’est de l’incarner (mince, faut-il que je supprime ce mot de mon vocabulaire?), de vivre sa « foi », ses convictions, sans chercher à les imposer (et encore moins en insultant les autres…). Bref, merci pour ton article, pour ma part, atterrée par ces fermes des 1000vaches &co, sans pour autant pouvoir me passer totalement de viande, je vais désormais à la Ruche qui dit oui, et j’achète à des petits producteurs qui ont un élevage « raisonné »… je suis passée d’une consommation de viande à tous les repas à environ une ou deux fois par semaine, et pour le moment, c’est ce qui nous convient à la maison.. Les changements radicaux, c’est pas évident =) Bref… bon cheminement!

  11. Oh mais je me sens visée aussi pas ce Thiefaine Hugueny, on peut tout à fait avoir conscience et ne pas pouvoir être entièrement vegan.
    C’est surement un gamin qui n’a rien vécu pour avoir les idées aussi arrêtées. Je laisse tomber. Je te soutiens Anya. Bisous à toi pas à lui

    • Merci de ton soutien, c’est très gentil !
      Je maintiens que chacun doit aller a son rythme, que la liberté existe encore dans l’assiette, et qu’on peut sensibiliser sur la cause animale sans toutefois tomber dans l’agression et la vulgarité.

  12. Un jour, mon mec végan m’a montré un documentaire ignoble en me disant « c’est fou comme vous êtes plein de sensibleries, vous les tueurs d’animaux »….

    Je l’ai évidemment quitté (et ça tombait bien… j’en avais marre de bouffer des graines)

      • Je l’ai regardé celui la, mais personnellement, ce n’est pas celui la qui m’a fait changer.
        Ce reportage est très axé sur l’image, l’exces, le radical.
        Je suis davantage touchée par les mots, les raisonnements, le rationnel. La conférence de Gary Youvosky, l’avis de nutritionniste et de dietéticien, ou des sportif comme Gilles Lartigot … leur discours ont chez moi davantage de portée

    • Je pense que son alimentation est une question très personnelle, un peu comme la religion. chacun mange ce qu’il veut, et tant que ne cherche pas à l’imposer aux autres, ca ne devrait pas poser de problemes.
      Mon amie est omni, on mange juste un peu différement et ca se passe tres bien ^^

  13. J’essaie depuis peu d’arrêter de manger de la viande et tout ce qui est d’origine animale. Je débute et j’essaie de trouver des plats sympas, et ben en fait, y’en a un paquet ! Ceci dit, il y a encore des écarts. Quand je vois mon chéri s’empiffrer de saucisson et de rillettes, sous mes yeux et surtout sous mon nez, là ça m’arrive de craquer. Et je suis au stade où je n’assume pas encore. Donc, je sers les dents quand je suis invitée quelque part. Cependant, je suis de plus en plus convaincue que manger végé est la meilleure façon de manger, et ce à tout point de vue (santé, environnement, animaux, planète…).

    • On en est un peu au même point dans notre cheminement alimentaire !
      A la maison, ca fait 2 semaines que je n’ai pas mangé d’animaux et dérivé,
      et j’ai juste mangé 1 morceau de la brioche faite par une collegue au bureau.
      Bon, la semaine prochaine, on sera en famille, donc je mettrais ma casquette d’omni ^^

  14. Je suis actuellement dans ce type de réflexion. J’ai beaucoup réduit ma consommation de viande, je mange des steaks végétariens, des légumes des fruits des légumineuses des graines. Je ne peux pas me passer du goût de certains morceaux de carne, j’y viendrais peut être. Pour l’instant ce qui me freine est que je vis seule avec mes enfants qui ont entre 6 et 11 ans. Je ne leur impose rien, donc je leur fait des steaks quand ils réclament de la carne, et de la cuisiner me laisse tenter parfois. Ils goûtent aussi mes préparations végétariennes qu’ils apprécient. Par contre à l’extérieur, je n’hésite pas à ne pas en consommer étant donné que ce n’est pas moi qui aie cuisiné.

  15. Voici un sujet qui me tient à cœur ! ^^
    Je ne suis pas végétarienne, je ne l’ai jamais été et honnêtement, je n’aime pas l’idée de renier notre place dans la chaîne alimentaire. Je veux dire, manger de la viande en sera jamais quelque chose que je reprocherai à quelqu’un, pas plus que je n’engueulerais un chat de courir après une souris. Pourtant, j’aime les animaux et j’aime les souris. 🙂
    Ça, c’est ce sur quoi ma réflexion personnelle, alimentée par bon nombre de choses, a aboutie.
    Dans la pratique, c’est un peu plus flou car je ne mange quasiment jamais de viande. En fait, ce n’est pas que je suis végétarienne, c’est simplement que dans ma famille nous n’avons pas été élevés dans la culture de la viande. On va dire que les steaks, ça passe, mais dès que ça ressemble un peu plus à un animal… ça dégoûte ma mère, ce qui forcément a habitué ma sœur et moi à ne pas manger beaucoup de viande.
    Je mange du jambon, des œufs, pas mal de poisson mais je pense ne manger de la viande qu’environ 1 fois par mois… quand je suis au restau ou chez des amis ! Et à chaque fois que j’achète des protéines animales, je fais attention à leur provenance, je préfère me fournir auprès de fermes locales ou prendre du bio, comme ma mère.
    Je pense qu’il ne sert à rien de ne pas manger de viande mais il faut choisir la viande que l’on mange et aussi en consommer moins. En encourageant les éleveurs qui traitent les animaux avec respect, en consommant de manière réfléchie, à mes yeux, on aide bien plus le monde qu’en adoptant un régime à vie.
    Pour moi, c’est l’élevage de masse qu’il faut abolir… adapter sa consommation sans se priver, c’est ce que j’essaierai de transmettre à mes enfants plus tard, comme ma mère. 🙂
    Merci pour cet article intéressant. ❤
    Bises.

  16. Je ne me « catalogue » pas dans la case flexitarien mais je mange le moins possible de viande pour toutes les raisons que tu invoques : ce n’est pas spécialement bon pour la santé, c’est mauvais pour l’écologie, les animaux sont mal traités (mal nourris aussi, ça revient à la question de la santé), et puis surtout c’est pas ce que je préfère, j’adore les légumes. Donc je mange assez peu de viande et je mange aussi pas mal de substituts végétariens, mais je ne compte pas arrêter complètement la viande.

  17. Bel article, que je trouve très clair (juste les définitions à la fin… je trouve plus clair et plus juste de ne parler que de végétarisme, végétalisme et véganisme, parce que quelqu’un qui mange du poulet ou du poisson est juste pas végé du tout :p).

    Je trouve impressionnant le nombre de personnes qui ne sont pas végé (mais plutôt flexi) à cause de la pression sociale ! C’est dommage d’être toujours emmerdé par les autres quelque part. Après je te rejoins, je suis végane et y a des gens qui comprennent pas et mettent les bâtons dans les roues, consciemment ou non.
    Ca prouve en tout cas que les campagnes visant l’aspect social ont une importance énorme dans la promotion du végéta*isme : donner une image positive (et non bobo, marginal, carencé, fou, bisounours) du végéta*isme, faciliter la consommation de produits VG hors de chez soi, montrer que les recettes végé sont loin d’être tristes et fades, etc.

    Hâte de lire la suite en tout cas !

  18. Ton article est vraiment super!
    Par contre, si je peux me permettre une petite réflexion… Il faut bien aussi se dire une chose, si certaines espèces animales perdurent, c’est aussi grâce à l’élevage. parce qu’il faut être réaliste, si il n’y a plus de consommation de viande, il n’y aura plus d’animaux dans les champs… Je ne suis pas sûre que beaucoup de particuliers prennent des vaches comme animaux de compagnie, ou encore des poules si ils ne consomment pas les oeufs…. C’est une réflexion que m’avait fait un éleveur qui élevait une race en voie de disparition et que j’avais trouvée judicieuse.
    Pour ma part, je ne mange quasiment plus de viande et celle que je consomme vient directement des éleveurs que je connais. Je sais que les animaux sont bien traités et sont élevés en liberté. C’est sûrement une manière de me donner bonne conscience…
    En tous cas, merci pour ton super article!

  19. Merci pour cet article, je me sens moins seule 🙂
    Pour moi, être flexitarien, c’est être à l’écoute à la fois de la planète, de son estomac, et de son entourage (pas toujours compréhensif ^^).
    Même si je me considère toujours comme omnivore (avec un régime similaire au tien) ^_^

  20. Je suis tombée par hasard (même pas mal … roo je sais c’est nul !) sur ton article et je l’ai adoooré !!
    Je suis à peu près dans le même état d’esprit que toi donc j’adhère à 200 % à ce que tu dis !!
    bisous

  21. Et bien moi, je suis encore dans la phase « flexi ». Et pareil, socialement j’assume pas encore vraiment. Bien qu’il y ait des améliorations, maintenant au resto, je prends des plats végé. Et quand j’invite, je fais manger végé (j’invite pas beaucoup alors c’est pas très représentatif). Par contre, il m’arrive d’acheter de la viande, surtout ces derniers temps. Des envies de poulet fulgurantes. Mais maintenant, les pizza, j’arrive à les prendre végé ! Enfin bref, chacun fait son chemin, et je trouve que l’avantage du flexi, c’est d’être dans la mesure. C’est s’assurer de ne pas basculer du côté obscur du végétarisme.
    Je saurais pas dire combien de fois je mange de viande par semaine car j’avoue je fais pas trop gaffe. J’ai réussi à ne plus manger de viande à la cantine (j’ai l’impression qu’ils font des efforts et ont compris qu’il y avait une demande végé, qui correspond aussi aux souhaits de certains musulmans). J’ai l’impression que j’en suis à une ou deux fois par semaine en moyenne, étant donné qu’il arrive que je fasse des semaines 100% végétariennes.
    Ces derniers temps j’ai envie de ralentir ma transition car j’ai lu un livre qui parle de répertoire alimentaire. C’est un ensemble d’aliments et de recettes connues, qu’on apprécie, qu’on sait faire sans se poser des questions et que notre corps sait ce que ces aliments vont apporter. En n’allant plus en supermarché, ça s’est un peu fait mais question recettes c’est pas encore ça. Du coup, je veux prendre mon temps de le faire, même s’il y a encore du fromage, de la crème fraîche et tout ça. Pour moi le plus dur à éliminer, en viande, c’est le jambon, et après le porc en général. On peut dire que je suis porco-végétarienne ? mdr
    En tous cas, ça fait trrèèèès longtemps que j’ai pas mangé de boeuf !

  22. Bravo pour ton cheminement !
    J’étais végétarienne pendant 9 mois, et maintenant je suis vegan depuis très peu de temps… Pas facile, car j’aime la viande, le fromage, les glaaaces etc.
    Mais bon… je m’y fait (pour le moment) et trouve plein de chouettes recettes (d’ailleurs, je ne sais pas si tu le sais, il existe des fromages vg, même qui fondent sur une pizza miaaam !!)

  23. Pingback: It was a gOOd wEEk ! #32 | EclectiK Girl·

  24. Je suis végé car chaque être vivant est précieux sur Terre, je trouve ça illogique de manger un animal ou ingérer toute substance animale telle que le lait, d’autant plus que le corps humain n’en a pas besoin, contrairement à ce qu’on dit.
    Même si les élevages des animaux devenait meilleure, je n’en mangerai plus. L’idée de manger un cadavre me révulse.

  25. Pingback: Je suis Flexitalienne (et … oui. Je viens d’inventer un mot). | EclectiK Girl·

Un p'tit mot ? Merci ^_^

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s