Henné # 2 : lequel choisir ?


C’est qu’il y en a un paquet.
Leur dénominations dépend souvent du pays de production.
Henné du Yémen, Pakistan, Rajasthan …
Toujours le lawsone inermis, mais dont les différentes variétés apportent des nuances de couleur allant du rouge profond au roux flamboyant.
D’autant qu’on peut y ajouter des poudres tinctoriales (rhoo, comment elle sort sa science !!! des poudres colorantes quoi ^^) pour apporter des nuances.
Et des principes actifs, pour contrecarrer l’effet asséchant du henné, ou pour apporter un soin supplémentaire aux cheveux.

quel henne choisir

Il faut distinguer :
Le henné neutre : cassia obovata, il ne colore pas. On l’utilise juste en guise de soin gainant, ou pour éviter que le henné colorant ne fonce trop le cheveu.
Le henné naturel : lawsonia inermis, c’est celui qui teint.

Le rendu de couleur sera différent selon le type de henné, selon le pays de récolte :
Les tons orangés : Rajasthan, Egypte, Tazarine(=Maroc).
Les tons rouges : Gabès(=Tunisie) , Yemen, Jamila (=Pakistan)

A allier avec d’autres plantes :
Pour accentuer le :

roux : curcuma.

rouge : paprika, garance avec bicarbonate ou sel, bois de campêche seul ou salé, quinquina rouge, hibiscus acide, infusion de rooibos …

violine : bois de campêche avec bicarbonate ou pierre d’alun, jus de mûre, jus de betterave, baies de sureau noir, macérat huileux d’orcanette, écorce de grenadier, campêche salée et ou bicarbonate.

Pour raviver du blond, à utiliser seul ou avec du henné : Rhapontic, Camomille matricaire, curcuma, rhubarbe de chine, bière, miel, citron.

Pour foncer, ou du noir : indigo, écorce de grenade, amla, bhringaraj.

Du chatain, ou du brun ? Katam, brou de noix, feuille de noyer, clou de girofle, romarin.

Les mélanges à éviter (viens jouer au p’tit chimiste !!) :
Tout est question de PH. Certaines plantes sont neutralisés par l’acidité et vont être accentuée par le salé, ou vice versa. Certaines plantes sont acides de nature et ne devront pas être mélangé avec les plantes qui ne supportent pas l’acidité.
J’avoue que là-dessus, j’ai un peu de mal.
Du coup, j’ai carrément noté sur mes sachets de poudre, les choses à éviter / favoriser.

L’hibiscus ne supporte pas : le quinquina, la garance, le campêche.
La garance, l’indigo et le bois de campêche ne supportent pas : hibiscus, l’acide (citron, vinaigre).
Le quinquina ne supporte pas : le sel, l’acide, l’hibiscus.
L’orcanette ne supporte pas : l’hibiscus.

A contrario, l’hibiscus est ravivé par l’acide,
la garance par le sel.
Le bois de campêche tend vers du rouge avec du sel, le violine avec du bicarbonate, et vers du violine foncé/bleuté avec de la poudre d’alun.

Les actifs anti-asséchant, ou juste pour apporter des soins à sa tignasse :

A ajouter à votre henné juste avant de le poser sur votre tête :

* Miel ou sirop d’agave
* Yaourt (ne pas en mettre dans un henné qui reste posé plus de trois ou quatre heure. Ça risque de « tourner » et bonjour l’odeur.)
* Huile végétale (mais pas trop, car ensuite difficile à enlever au rinçage)
* Aloé vera
* quelques gouttes d’ huiles essentielles.
* poudre de plante fortifiante (par exemple : prêle ou ortie)

Moi, j’adore ce coté tambouilleuse.
Tester des formulations, changer sa recette en admirant le résultat (ou plutôt : s’extasier !!) mais il existe des hennés tout prêt ce qui peut être pas mal pour débuter, ou si on est pressé. :
Logona, qu’on trouve parfois en grande surface et en magasin bio,
Aroma Zone propose quelques mélanges de henné ( dont le très connu Brun grenat pour un bordeaux-violine)
Sur HSA : Khadi (mais les prix vont augmenter car la marque a décidé de passer par un fournisseur pour la France. Donc, 12.50€ la boite au lieu de 9 auparavant …).
Radico, 9.9€.
Mon amie a testé la Logona qui n’a pas tenu longtemps,
et j’ai essayé la Radico Red Wine, qui … enfin … je vous en reparle dans un prochain article…

J’espère avoir été complète, même si j’ai l’impression que cet article est un peu brouillon, non ?
La prochaine fois, je t’expliquerai la préparation et l’application du henné, avec photo de ma tignasse à l’appui.

En attendant, si tu as des questions, n’hésites pas à me demander en commentaire.

Ha si, j’oubliai.
Un tableau pour avoir une idée du rendu d’un henné selon ta couleur de base :

Pourquoi faire du henné ?

Anya

rond hcrond fbrond inspilia

J'aime article HC2

Publicités

19 réponses à “Henné # 2 : lequel choisir ?

  1. Très bon article, comme toujours ! Voilà une synthèse fort bien faite qui sera très utile aux débutant(e)s comme aux habitué(e)s du henné qui cependant se posent régulièrement des questions sur leur routine et comment la faire évoluer. Merci, Anya, j’ai utilisé du henné pendant plusieurs années, mais grâce à toi, j’ai encore appris des choses nouvelles aujourd’hui 😉

    • Ha bon, t’as appris des choses ?
      J’ai pourtant eu l’impression de répéter / regrouper, synthétiser tout ce que j’ai pu lire au fil des mois dans le groupe henné et soin d’ailleurs, il me semble que tu y es aussi ^^
      En tout cas merci pour ton compliment, ca me fait plaisir ^^

  2. Je me posais la question justement, savoir s’il existait du henné noir, et puis si c’était vraiment bien couvrant (rapport aux cheveux blancs)

  3. Super article qui résume bien ! 😀 Pour les agents hydratants j’aurais aussi ajouté les œufs à la liste. 🙂 En tout cas beau travail de synthèse.
    Bises. ^^

  4. Pingback: Henné # 3 : Comment le préparer et l’appliquer. | EclectiK Girl·

  5. Pingback: Henné # 4 : mes recettes pour obtenir du rouge. | EclectiK Girl·

  6. Pingback: Blogs | Pearltrees·

  7. Bon récap’ 🙂 J’ai passé une bonne partie de l’après midi à regarder des tutos, checker les différents ingrédients possibles et associables sur le site d’Aromazone pour voir ce que je pourrais faire comme tambouille… :p Personnellement, je n’ai testé que la barrette de chez Lush avec laquelle je n’ai vu que peu de changement sur ma tignasse (peut-être aurais-je du laisser poser plus longtemps ou mettre du cellophane, que sais-je…) donc dès que je la finis, je file acheter des ingrédients chez Aromazone pour tester une différente approche – surtout que la différence de prix est considérable xD. Je vais fouiner un peu dans tes articles pour voir si tu as mis des exemples de tambouilles que tu aurais faites 🙂 Pour l’instant j’me suis notée en ingrédients possibles le henné du rajasthan, la poudre d’orange et de la poudre de bardane.
    Bises 🙂

  8. Bonjour,
    Super article très utile !
    Est ce que l’orcanette est considéré comme une poudre acide ? Car j’aimerais le mélanger au red Kamala et celui-ci ne supporte Ps l’acide.
    Je vous remercie

    Sara

  9. Pingback: J’AI TESTE : LE HENNE (1) – ♦ Ophélie ♦·

Un p'tit mot ? Merci ^_^

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s