La nuit de Noël. {Les Jolies Plumes}


déco de noel

 

Un lit, un sofa, un téléphone à cadran, une TV cathodique qui diffuse en noir et blanc.
Pour tout électro-ménager, un micro-onde frisant la vétusté, le rebord de la fenêtre en guise de frigo, et un chauffage d’appoint.

C’est presque tout ce qu’elle a.
15 m2, dont la moitié est remplie de livres.
Tous empilés, posés à même le sol, comme des colonnes de mots qui cherchent à s’évader par tous les moyens.

Un peu à part, sur la droite, au pied du petit canapé, une pile différente.

Une dizaine d’album, très épais.
C’est là que réside toute sa vie. Sur papier glacé, légèrement élimées désormais, à force de passer ses doigts parcheminés sur les visages tant aimés.
Un peu jaunis aussi, un peu ternis, pales reflets de tant d’années choyées.

Tous les jours, elle s’installe, s’enfonce dans l’assise usée. Elle sait qu’elle aura du mal à s’en extirper, mais rien ne compte davantage que ces instants passés auprès de souvenirs surannés.

Il y a Antonina. Partie trop tôt. Seulement quelques clichés en sépia. Il n’y a que sa mémoire vacillante pour se souvenir du bleu tranchant de ses yeux, qui lançaient des éclairs dès qu’elle faisait une bêtise.
Du blond fatigué de son chignon, du rouge clinquant de son cardigan.
Toujours élégante, toujours sur le qui-vive, jamais dans la spontanéité, pas un geste de tendresse. Pas même envers sa fille.

Sur la page suivante, il y a Pedro.
Il rit à gorge déployée, soulevant un bébé comme s’il s’agissait d’un petit paquet d’amour, bien ficelé.
Son air enjoué ne l’a jamais vraiment quitté, même les derniers jours.
C’est en achevant une plaisanterie qu’il a laissé échapper son dernier souffle.
Elle se souvient de sa main qui se détend, du sourire qui s’affaisse, la paupière qui tressaute.
Elle avait la quarantaine passé mais ce fut un tel déchirement qu’elle eu l’impression d’être de nouveau cette petite fille suspendue au bras de son père, en quête d’un sourire.

 Et puis, Lisa.
C’est avec elle que Noël est devenu magique.
Lui faire croire que le gros bonhomme barbu, manteau rouge et hotte chargée, allait débarquer en cette nuit du 23 décembre …
que les lutins travaillaient d’arrache-pied pour confectionner ses jouets préférés …
que la nuit apportait son lot d’étoiles filantes, de flocons légers, de délicates odeurs sucrées …
Toutes ces chimères se sont installées naturellement, depuis les deux ans de Lisa.
Elle n’avait pu se résoudre à priver sa fille de ces petits bonheurs imaginaires.

Aujourd’hui, elle est loin.
Son âme coincée quelque part dans les limbes.
Accrochée à 36 tuyaux, petite Lisa fragile, un peu fanée, un peu flétrie.
Elle a juste eu le temps d’amener le sapin dans la mansarde de sa maman.
« On le décorera ensemble, la semaine prochaine », fût l’une des dernière phrase que Joséphine a entendu d’elle.
« A moins d’un miracle, elle ne se réveillera pas ». Ce sont les derniers mots de ceux qui l’entourent depuis une vingtaine de jours, à l’hôpital.

Alors cette année, le sapin est nu, au coin de la fenêtre.
Triste, et nu.
Pas eu le cœur à sortir le petit carton de décoration de dessous le lit.
Elle préfère passer son temps entre les reportages à la télé et ses albums photo. Pas envie de lire, ni de sortir, rien.
Soudain, un mouvement à sa gauche la fait sursauter.
Sur la vitre de la fenêtre, une araignée.
Plutôt charnue. Et velue.
Joséphine se relève doucement, en prenant appui sur les accoudoirs. Les jointures de ses mains blanchissent sous l’effort.
L’isolation laisse à désirer, le joint se détache et laisse un passage au froid. Et aux bestioles.

Elle approche lentement un livre de l’araignée, sa main tremble un peu, son geste n’est pas très sur …
Elle ouvre le battant de la fenêtre et la pousse délicatement dehors.
En souriant, elle la regarde s’éloigner sur le rebord.
La nuit est tombée, l’air est glacial mais elle reste un peu, s’imprégnant de cette ambiance particulière. Les illuminations en forme d’étoiles et de sapins, les repas de famille qui se préparent. Elle entend même des chants de noël. Surement l’appartement du dessous.
Elle referme doucement la fenêtre, glisse un plaid sur ses épaules. La vielle dame se couchera sans manger.

Au matin, elle est réveillée par une étrange lueur.
Un joli vert pâle qui clignote et illumine la pièce, encore baignée d’aurore.
En s’approchant du sapin, elle distingue une guirlande scintillante, comme mille éclats de diamants déposés sur un fin fil de soie argenté.
La toile savamment brodée par l’araignée épargnée, parsemée de perles de rosée, dans lesquelles la lumière des lucioles se reflète.

Encore sous le choc de cette vision féérique, c’est à peine si elle entend le téléphone sonner.
A peine si elle distingue les mots qui sortent du combiné.
Ses yeux se remplissent de larmes, son cœur bat la chamade, elle manque de défaillir.

« Votre fille s’est réveillée ».

En ce 24 décembre, Joséphine se dit qu’elle vient de recevoir le plus beau des cadeaux de Noël …

 

Ce mois-ci, le thème de l’atelier d’écriture  » Les jolies plumes » était : « Noël ».

Je ne sais pas trop quoi penser de ma nouvelle.
J’aime bien l’histoire, mais je trouve le style parfois empesé.
Elle mériterait grandement d’être retravaillée.

Et oui, je sais qu’il n’y a pas de luciole en hiver.
Mais que Diable, la magie de Noël est là pour ça, non ?

Vous allez finir par croire que je suis une inconditionnelle des araignées … mais sachez que je me suis juste inspirée d’une légende Ukrainiene pour mon histoire :
Une mère de famille qui n’avait pas les moyens de s’acheter des décorations, a vu un matin de magnifiques toiles tissées sur les branches de son sapin.
Depuis, chaque arbre de noël est décorée avec une araignée artificielle, signe de chance et de prospérité.

 

 

  Si vous avez envie de nous rejoindre, envoyez un petit mot à  latelierdesjoliesplumes@gmail.com

Pour suivre toute l’actualité de l’Atelier et lire les textes de tous les participants, vous pouvez suivre le compte twitter @lesjoliesplumes.
ou nous suivre sur  page Facebook

Les autres participations sur le sujet de noël :
(j’ajouterai au fur et à mesure des publications)
Maman raconte : Mon plus beau cadeau de Noël
– Et si on bavardait : J’aime et je me rappelle Noël
– Jollyjuniper : Noël
– Virée dans l’espage : Le noël de tous les ans
– Ailho : Noël
– Charly Jolie : Des milliers de souvenirs

Miss Blemish : Pour toujours et jamais
Lexie Swing : Préparation hivernale

 

Mes participations précédentes :
Une autre vie.
Il était une fois, Lila.

Anya

rond hcrond fbrond inspilia

 

J'aime article HC2

Publicités

17 réponses à “La nuit de Noël. {Les Jolies Plumes}

  1. J’ai adoré ce recit qui avait tout d’un conte enchanté ! ❤
    La description des différents personnages de son passé est particulierement saisissante 🙂
    Bises

  2. J’adore ! Tout simplement !
    C’est super sympa de t’être inspirée d’une légende car ça nous apprend d’autres cultures 🙂 Et la façon dont tu as écris cette nouvelle est originale, elle donne un rythme particulier à la lecture.. Donc bravo ! 😀

  3. Pingback: Un soir de décembre | Au fond du bocal·

  4. Pingback: Des milliers de souvenirs – Atelier d’écriture des Jolies Plumes | Charly Jolie·

  5. Pingback: ▲ Les Jolies Plumes : Le Noël de tous les ans | Virée dans l'espace·

Un p'tit mot ? Merci ^_^

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s